Si vous êtes propriétaire d’une petite ou très petite entreprise ou encore un professionnel avec une pratique indépendante…

  • Je n’ai pas pris de vacances depuis 3 ans, me confie en soupirant un comptable de mon réseau d’affaires.

C’est une confidence que j’entends régulièrement de la part de ceux qui ont relevé le défi de se lancer en affaires.  Parfois, certains en retirent une certaine fierté; comme si « travailler fort et sans arrêt » les rendait tributaire d’un certain statut. Dans la réalité, il n’y a aucun statut de rattaché au fait de se consacrer à son activité professionnelle en continu.  Et ce n’est certainement pas un signe de succès!

Le succès ne se mesure pas à la quantité d’efforts que l’on consacre à son entreprise mais bien aux résultats obtenus.  Car si le succès se mesurait à l’effort, les entrepreneurs ayant du succès seraient légion!

Car ils ne ménagent ni leurs efforts ni leur temps, sans parler des investissements financiers! Ils se donnent totalement à leur mission; et parfois, ils en viennent à avoir le nez collé sur l’arbre et perdent de vue la forêt. C’est là qu’un pas de recul est nécessaire, un temps d’arrêt.  De là le concept de vacances!

« Je n’ai pas le temps de prendre des vacances! »

C’est probablement l’excuse la plus fréquente, et peut-être est-ce celle que vous utilisez si votre entreprise est en démarrage ou au tout début d’une période de croissance.

Si vous êtes un professionnel, les revenus sont générés directement par vos prestations. Si vous êtes entrepreneur, une grande partie des activités dépendent directement de vous. Alors comment faire ?  Vous ne pouvez tout de même pas fermer les portes pendant deux semaines consécutives! Non seulement vous le pouvez, mais vous le devez. Et idéalement, plus d’une fois par année!

Je sais pertinemment que plusieurs d’entre vous ont eu un mouvement de recul en lisant la précédente ligne. Certains frémissent même à l’idée de ne pas répondre à leurs appels ou courriels professionnels pendant plus de deux jours, alors deux semaines? Impossible!

Et pourtant, c’est possible!

 

« Je vais perdre des clients »

C’est une croyance bien ancrée que celle de perdre des clients ou des contrats si vous vous octroyez une période de pause.

Et si vous n’avez pas un solide système pour rediriger vos clients durant cette période, elle pourrait bien se matérialiser.

Prendre des vacances ne signifie pas que vos clients doivent se river le nez sur une porte close sans autre avis. Cela signifie seulement que pendant un bref moment, vous allez les faire patienter.

Si votre agenda est rempli pour les quatre prochaines semaines, vos clients devront bien attendre n’est-ce pas ?

Pourquoi n’en serait-il pas de même pour la période de vacances ?

C’est l’équivalent d’avoir une pleine pratique ou des contrats qui remplissent votre horaire de travail.  

Si vous ne voyez pas trop comment y arriver, ne vous en faites pas. Pour le moment, il faut seulement commencer à apprivoiser l’idée.

« Je n’ai pas les moyens »

Vous avez choisi d’être à votre compte pour de multiples raisons, peut-être que certaines d’entre elles vous rejoignent :

  • Avoir la liberté de gérer votre temps
  • Être votre propre patron
  • Exprimer votre créativité
  • Contribuer à un monde meilleur
  • Travailler de votre domicile pour être plus près de votre famille
  • Générer des revenus à la hauteur de votre potentiel
  • … ou simplement parce que c’était ce qui vous semblait naturel de faire!

 

Dans tous les cas, les notions de liberté et d’autonomie sont généralement communes.  La réalité révèle souvent d’autres aspects. Plutôt que de répondre à un seul patron, vous avez maintenant l’impression de répondre à plusieurs patrons : vos clients!

Et si le plan d’affaires ne correspond pas tout à fait à la réalité, il est fort probable que vous ayez sacrifié certains postes de votre budget pour parvenir à réaliser vos objectifs financiers. Et les vacances sont reportées à l’année prochaine, puis à l’année suivante…

« Oui, mais j’aime ce que je fais… je n’ai pas besoin de vacances »

Je l’ai tellement répétée souvent cette phrase dans mes premières années de pratique que maintenant, elle me fait sourire lorsque je l’entends.

J’étais fermement convaincue de ce que j’avançais et j’avais des arguments à la tonne pour convaincre mes interlocuteurs.

L’être humain se régénère de différentes façons : l’activité physique, le temps en famille et en couple, les contacts avec les amis, la nature, la méditation, les loisirs, etc…  C’est souvent dans les périodes de lâcher-prise que surviennent les éclairs de génie. Alors pourquoi se priver de ces espaces de régénération ?

Pourquoi ? Nous avons passé en revue quelques raisons et je pourrais en nommer encore et encore…

Mais quelle que soit vos raisons pour ne pas prendre de vacances, sachez qu’à moyen ou long terme, c’est une stratégie qui vous fait plus de bien que de mal. Tant à vous qu’à votre entreprise, à laquelle vous vous consacrez corps et âme!

 

 

La massothérapeute qui ne prenait pas de vacances

Comment ne pas prendre de vacances peut nuire à votre entreprise ?

Écoutez bien cette anecdote… (histoire réelle, noms fictifs).

Julie en est à sa deuxième année en tant que massothérapeute.  Sa pratique commence à prendre de l’essor après un début difficile. Elle m’a été chaudement recommandée par une amie à qui je fais totalement confiance.

Je contacte Julie en juin, le stress s’étant accumulé dans mon dos. (À l’époque, j’accumulais le stress car je n’avais pas le temps de prendre de vacances…).

-J’aurais besoin d’un rendez-vous dès que possible. Vous avez une place pour moi cette semaine?

-Oui bien sûr, me répond-t-elle. Quelle heure vous convient ?

En regardant mon agenda qui déborde, je lui demande :

-Vous prenez des rendez-vous en soirée ?

-Oui bien sûr. Je prends des clients 7 jours sur 7, entre 7 heures et 19 heures.

Un peu surprise, je prends donc mon rendez-vous pour le lendemain soir.

Je me rends chez Julie le lendemain et après un massage tout simplement divin, je choisis de planifier mes prochains rendez-vous.

-Vous fermez durant quelle période cet été ?

Et Julie de me répondre :

-Je ne ferme pas durant l’été. Je ferme seulement le jour de Noël et le Jour de l’An.

Je planifie donc quelques rendez-vous tout en ressentant un léger malaise.

À la maison, l’incohérence me saute aux yeux. J’attends de ma massothérapeute qu’elle prône de saines habitudes de vie et clairement, travailler 363 jours par année et être en disponibilité 12 heures par jour ne correspond pas à cela. Je me questionne ensuite sur la qualité des services que pourra m’offrir Julie lorsque mon rendez-vous fera suite à des dizaines d’autres…  

Et peut-être devinez-vous la suite ?  Hé! Oui! C’est à ce moment que ma propre incohérence m’a frappé de plein fouet!

Pouvais-je réellement donner le meilleur de moi-même à mes clients et à mon entreprise sans jamais prendre de temps d’arrêt ? J’essayais de me faire croire que oui, mais en mon for intérieur, je savais bien que non.

C’était un choc et pas des plus agréables.

J’ai annulé mes rendez-vous avec Julie en lui expliquant la raison. Sa première réaction fût de l’incompréhension. Mais quelques mois plus tard, j’ai eu le plaisir de l’accompagner en coaching… à mon retour de vacances!

Je ne suis pas « coach en vacances » ! Mais il m’arrive souvent d’aider les gens que j’accompagne à intégrer les vacances à leurs modèles d’affaires. Car personne ne peut développer ses talents et son plein potentiel en étant au bout du rouleau!

Je vous partage donc ici mes stratégies clés pour réussir à prendre de vraies vacances… même en étant entrepreneur ou professionnel.

 

  1. Planifier stratégiquement vos vacances

 

Une planification stratégique de vos vacances consiste à bloquer ces plages à votre agenda une année à l’avance et qu’elles soient non-négociables. C’est ce que m’avait enseigné ma première coach d’affaires : elle nous faisait déposer à l’agenda 6 semaines de vacances et 2 semaines de pause pour planification stratégique.

 

C’était une stratégie efficace mais très ambitieuse et nous étions peu à pouvoir appliquer ce plan d’action les premières années. Du coup, nous n’en prenions pas du tout!  

Je préconise de bloquer un minimum de 2 semaines, et tant mieux si vous parvenez à en planifier davantage. Le plus important, c’est que ce soit non-négociable.

Pour y parvenir : 

  1. Déterminer les périodes les plus propices. La plupart des activités ont des périodes très achalandées et d’autres moins. Plutôt que de vous acharner à faire tourner votre boîte durant les périodes creuses, profitez-en pour y placer vos vacances.  Si vos activités vont sans cesse en s’accroissant sans s’essouffler, vous avez là un heureux problème! Il faut tout de même choisir un période où prendre une pause tout en vous assurant la prise en charge des clients qui se manifesteront en votre absence.
  2. Réserver au moins 10 jours consécutifs. Même si vous ne vous livrez plus à vos activités professionnelles depuis quelques jours, votre cerveau lui, mettra un peu plus de temps à intégrer l’information. À moins que vous ayez cette capacité d’aller en mode vacances instantanément, il se pourrait que 2 à 5 jours soient nécessaires avant de pouvoir décrocher.  Cela vous laissera donc de 5 à 8 jours de « vraies vacances ».
  3. Planifier une journée stratégique au retour. Vous rentrerez au bureau frais et dispos et peut-être avec de nouvelles idées. Ne vous lancez pas de façon frénétique dans le retour des appels et des courriels. Profitez-en pour revoir vos objectifs, priorisez vos activités et révisez votre plan d’action des prochains mois.

2. Économisez et offrez-vous des vacances selon vos moyens 

Ne prenez pas de vacances à crédit. Vous travaillez fort et vous méritez de prendre des vacances. Mais ne tombez pas dans le piège de prendre des vacances à crédit. Au lieu de la détente qu’elles devraient vous procurer, vous ressentirez le stress imposé à votre portefeuille dès votre retour. À moins que cela ne commence à vous tracasser dès votre arrivée dans cet hôtel plus cher qu’il ne le devrait. 

Economisez, même de petites sommes, et offrez-vous des vacances à la mesure de vos moyens. 

Soyez créatifs!  Si vous n’avez pas les moyens de quitter le pays, échangez de domicile avec un ami ou un membre de la famille. Empruntez ou louez à petit prix le chalet d’une connaissance. 

Dans la mesure du possible, quittez votre domicile; au moins pour quelques jours. Si ce n’est vraiment pas possible, jouez au touriste dans votre ville ou votre région. (Vous serez surpris de découvrir combien d’activités abordables sont offertes tout près de chez-vous.) 

Sortez de votre routine! Et respectez votre budget! 

Ainsi, vous ne vous sentirez pas coupable lorsque viendra le temps de planifier vos prochaines vacances. 

3. Préparez la prise en charge de vos clients

Pendant votre absence, il y aura des appels, des courriels, des demandes d’informations, des gens qui voudront des rendez-vous. Et c’est bien tant mieux!

 

Dès que vous avez placé vos vacances à votre calendrier, commencer à prévoir comment sera prise en charge la communication avec vos clients durant votre absence.

La méthode différera selon votre type d’activité et bien entendu, la grosseur de votre entreprise.

Voici quelques pistes :

  • Annoncez vos vacances à l’avances et les options qui s’offrent à vos clients. Aussi étrange que cela puisse paraître, vos clients s’attendent à ce que vous soyez en vacances à un moment ou à un autre. Si vous les aviser, ils pourront à leur tour être prévoyants.  

 

  • Vous êtes dans le domaine de la santé ? Référez vos clients à un collègue qui fera de même durant ses vacances. Vos clients vous en seront reconnaissants. (Et si vos compétiteurs devenaient des collaborateurs ?) 
      1. Vous offrez un service professionnel sans urgence ? Avisez votre clientèle et assurez-vous qu’ils pourront se passer de vous pendant 2 semaines. (Je fais un peu d’ironie ici, mais je m’en donne le droit car pendant un temps, je concevais comme un drame de ne pas être disponible pendant 2 semaines!) 
  • Vous avez une entreprise de production de biens et vous avez quelques employés ? Vous avez le choix entre la fermeture complète ou la délégation de certaines activités. La première solution s’avère souvent la plus facile les premières années, et la deuxième devient possible lorsque l’on est bien entouré. 

Ce ne sont là que des exemples, mais en prenant un peu de recul, vous réaliserez qu’il existe des options. 

  • Rendez la prise de rendez-vous facile. Si votre activité repose sur la prise de rendez-vous, assurez-vous qu’elle soit possible même durant votre absence. Que ce soit :
  • En engageant quelqu’un pour répondre au téléphone et au courriel
  1. 1. En rendant votre agenda disponible sur votre site web et dans votre réponse automatique par courriel.
  2.  
  3. 4. Oubliez votre téléphone et votre ordinateur

C’est énorme comme suggestion, mais tellement bénéfique! Avant de l’avoir essayé, il est difficile d’imaginer à quel point vous déconnecter de vos appareils vous aidera à vous reconnecter à l’essentiel.

Toutefois, s’il vous est absolument impossible d’imaginer 10 jours sans votre téléphone, limitez l’utilisation à 15 ou 20 minutes par jour. Et pour être certain de ne pas vous laisser happer par le tourbillon technologique, programmez une minuterie.

Vous devez absolument noter une idée fabuleuse ? Pourquoi ne pas utiliser la méthode archaïque du papier-crayon?  

Le premier pas : Prendre une décision ferme

Nous avons ici exploré ensemble quelques pistes pour réussir à prendre de vraies vacances en tenant compte de votre réalité de professionnel ou d’entrepreneur. Peut-être commencez-vous à voir se dessiner des possibilités à l’horizon ?

Toutefois, même les meilleures stratégies du monde ne vous permettront pas d’y arriver si vous ne commencez pas par prendre une décision ferme de vous offrir des vacances et à poser les premières actions en ce sens!

Et cela inclut de traiter vos vacances comme étant un objectif d’affaires comme un autre.

 

Bonnes vacances!

 

Par Lyne Leclerc, coach et formatrice

Coach et formatrice auprès de professionnels, entrepreneurs et leaders, Lyne Leclerc est formée auprès d’institutions reconnues telles que l’école Coaching de Gestion, le Gallup Strengths Center et le Robbins-Madanes Training Center. Actuellement l’une des 4 Strengths Coach certifiés au pays et l’une des 5 consultants Evernote certifiés au niveau mondial, elle met aussi à profit 10 ans de carrière chez IBM. Sa passion ? L’efficience à tous les niveaux! Sa mission ? Révéler les talents des personnes, afin qu’elles puissent les développer, se démarquer et propulser leur vie vers l’excellence.