Lumière sur Aïssatou Bâ, propriétaire de Signare Nomade

Aissatou Ba est une femme d’origine sénégalaise, installée à Sherbrooke. Elle est une femme professionnelle, entrepreneure et mère. Elle se lance en affaires en 2008 après avoir obtenu un diplôme dans le domaine de la mode. Venant d’une famille de femmes entrepreneures, elle a toujours eu plusieurs activités pour assouvir son besoin d’accomplissement, il était donc difficile pour elle d’envisager d’avoir un emploi à temps plein pour toute sa vie. Au départ, elle avait pour projet d’ouvrir une boulangerie pour travailler de ses mains. Toutefois, grâce aux conseils de Pro-Gestion Estrie, elle s’est tournée vers la mode. Auparavant, elle avait été mannequin pour des marques européennes et avait déjà une expérience dans ce domaine. Toutes les idées entrepreneuriales d’Aissatou étaient animées du fait qu’elle souhaitait réunir sa culture africaine et celle occidentale. Comme pour la plupart des entrepreneurs, personne ne croyait en son projet, mais celle-ci a relevé le défi en allant au bout de ses rêves et a été victime de son succès dès la première année. Pour soutenir la croissance de son entreprise, elle a fait face à des besoins de financement et de main d’œuvre dès la deuxième année.

Parcours entrepreneurial

En 2009, Aïssatou a ouvert sa première boutique à Sherbrooke, appelée Boutique la Signare. Spécialisée dans les vêtements de marque européenne pour femmes, elle a voulu offrir une expérience d’achat à la hauteur de celle que l’on trouve à Paris, Milan ou Rome. Avant cela, elle avait travaillé dans le commerce de détail à temps partiel pendant 7 ans. L’année qui suit, Aissatou ouvre une deuxième boutique au centre-ville de Sherbrooke, “Anna, telle mère, telle fille”. Cette boutique avait pour vocation d’habiller les filles de 0 à 14 ans ainsi que leurs mères. Cette deuxième boutique a connu un moins grand succès que la première, car le concept n’était pas très bien compris du public. Mais cela ne l’a pas arrêté, elle qui avait toujours une soif de se développer et qui était prête à poursuivre son expansion. 

Mais à la suite d’événements survenus dans sa vie personnelle, en 2017, elle décide de fusionner ses deux boutiques pour n’en faire qu’une seule afin de pouvoir facilement concilier travail et famille. 

Puis en 2019, à quelques mois de la pandémie, Aïssatou décide de mettre une pause à son activité entrepreneuriale pour se concentrer sur son bien-être physique et moral, décision qu’elle ne regrettera pas à l’arrivée de la pandémie. Suite à différents déplacements en Afrique et en Europe, elle retrouve son inspiration en visitant un hôtel art déco à Paris. 

C’est ainsi qu’en 2022, Signare Nomade prend vie. Une boutique de proximité proche des familles, loin des centres commerciaux ou de l’achalandage du centre-ville de Sherbrooke. Cette boutique propose des produits cosmétiques haut de gamme, des produits artisanaux du Sénégal, des importations européennes ainsi que des articles de certains designers québécois. Aissatou souhaite faire un concept store et se laisser guider par l’intuition et non par les exigences du marché.

Risques calculés, défis à surmonter et l’importance du soutien communautaire

Le plus grand drame dans la vie d’Aissatou est de ne jamais avoir peur. Toutefois, grâce au soutien de son conjoint qui était un excellent gestionnaire, elle a toujours su prendre des risques calculés. Elle n’a jamais eu peur de se lancer, mais elle a fait face à des situations de stress, particulièrement en ce qui concerne la gestion des ressources humaines. Elle a aussi fait face à des embûches tout le long de son cheminement entrepreneurial, particulièrement pour se faire connaître du public. Elle pense que les entrepreneurs provenant des communautés culturelles devraient davantage se soutenir et s’encourager mutuellement

Être en affaires, c’est comme un peintre devant une toile blanche. Ce que Aissatou aime, c’est de créer des entreprises. Partir d’une idée folle et d’en faire quelque chose.

Les ingrédients clés pour une entreprise réussie

Une grande rigueur et cela va permettre à la confiance de s’installer. L’autre élément important est d’avoir aussi les moyens financiers, Aissatou pense que le succès d’une entreprise ne peut pas se bâtir uniquement grâce à des subventions, particulièrement dans le commerce de détail. Le troisième élément important est la performance, il faut être extrêmement performant pour réussir au Québec. À tout cela s’ajoute aussi l’humilité qui est une valeur que chaque entrepreneur devrait cultiver. « Moins tu parles, mieux tu performes ».

Pandémie et changements 

La pandémie a été salutaire, ce moment tragique pour la totalité de la planète a malgré tout eu un impact positif pour Aïssatou. Le fait que tout ait été arrêté a permis à Aïssatou de se poser sans vivre l’anxiété, de voyager, de retourner sur le marché du travail, ce qui a été le déclencheur de la réouverture de la boutique. Le fait de voir l’appréciation de ses anciens clients qu’elle croisait régulièrement lui a fait chaud au cœur. Après plusieurs questionnements, la décision a été la réouverture de la boutique qui lui ressemblait.

Garder un équilibre

Pas évident d’avoir l’équilibre, car on est souvent dans une vie en excès de tout. Difficile de ne pas parler de son entreprise dans sa famille avec son conjoint. Donc l’entreprise prenait beaucoup de place. Pas évident d’être une épouse, maman et entrepreneure et de rester active mentalement et faire de l’exercice tous les jours pour ventiler et réguler les excès. Le réseautage aussi prend beaucoup d’énergie, particulièrement pour le retour qu’on en a. Le soutien de la communauté et des autres entrepreneurs n’est pas toujours au rendez-vous.

Conseil pour ceux qui veulent se lancer

Essayer !!! Il faut essayer. Tu as une idée, tu y crois, fais-le. La pire chose serait de ne pas avoir essayé. On ne perd pas à essayer plutôt que d’investir son temps dans une chose qui ne nous plait pas.

Picture of <small>Entrevue  réalisé par</small><br>Prima Mabonzo

Entrevue réalisé par
Prima Mabonzo

Prima Mabonzo est à la fois une professionnelle et une femme d’affaires dynamique, diplômée en Finance et en Gestion Internationale. Prima évolue en tant qu’Analyste d’affaires en technologie de l’information. Originaire de la République du Congo, Prima se définit comme une citoyenne du monde qui a choisi le Québec pour principal lieu de résidence.

Ella fonde Kisina Déco en 2018 dans le but de raconter l’histoire de l’Afrique à travers ses produits de décoration d’inspiration africaine et construire un pont entre l’Afrique et l’occident.

À Lire
également